Jump to content

Petites Annonces

" Il y'aura toujours une occasion de se faire plaisir "

Elles arrivent sur blusteel...

Films & Séries

Pas de quoi en faire tout un cinéma,

mais voici les fiches pour les films et séries tv.

Bludeal 2.0

Une nouvelle version. Un nouveau design. Consulter les bons plans

devient plus agréable. En ajouter est devenu plus simple.

 

scaz

Blu-ray 4K UHD : discussions générales

Recommended Posts

Ca dépend clairement des titres et de ton matos (Rétroprojecteur ou écran, technologie utilisée comme l'Oled, taille de l'écran, présence du HDR ou non, etc...)

 

De manière très raccourcie et simplifiée, seulement quelques titres semblent apporter une réelle plus-value pour le moment et la différence notable se fait souvent par l'apport de la technologie HDR ou le passage vers l'OLED.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Effectivement je rejoint Nonox, j'ai un téléviseur Panasonic 65dx900 4K HDR, en effet l'apport n'est pas le même sur tous les films, et c'est principalement le HDR qui apporte un plus (non négligeable) que la 4K en elle même, après ça dépend de ton recul aussi. Car le gros avantage de la 4K est un grand écran avec un petit recul. J'ai par exemple moi 2m90 de recul entre ma tête et mon écran, ce qui n'est pas énorme.

 

Pour savoir si un disque 4k est intéressant par rapport au Full HD, les test ici sont pas mal :

http://www.blu-ray.com/movies/Life-4K-Blu-ray/175653/

 

http://www.blu-ray.com/movies/The-Secret-Life-of-Pets-4K-Blu-ray/163987/

Pour celui-ci par exemple il ne préconise pas de prendre le 4K

Edited by Rall

Share this post


Link to post
Share on other sites
Si c'est vrai, alors c'est vraiment une grosse arnaque la 4K...

Je me demande à quoi ça sert de tourner des films en 4K ou 5K pour au final se retrouver avec un master 2K en vidéo...:rolleyes:

 

 

Question de coût visiblement...

Le master intermédiaire est sur du 2K et le passer en 4K serait trop onéreux pour eux.

Mais ça les gêne pas de nous mettre des bluray "boostés" en commerce en nous disant que c'est révolutionnaire et que c'est de la 4K. Et bien sûr à un bon prix hein !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 17/09/2017 à 17:28, iPman143 a dit :

Intéressant...

 

Je l ai vu et il faut faire très  attention le gros plus est le HDR  avec plus de luminosité  et des couleurs  mieux définies et certains  master 2k sont  supérieurs  à certains  masters 4k,la la land fait l unanimité  avec une image  exceptionnelle  et pourtant c est un master 2k!et cela n a créé  aucune polémique 

 

Le raccourci master2k=aucun intérêt  par rapport  au bluray est donc totalement faux d'autant plus que le codec vidéo  est supérieur,au début  du bluray certains titres utilisaient  le même  master que le DVD et la différence  était pourtant  nette

 

J ai vu Watchmen (master 2k) et là  aussi gros choc rien à voir avec le bluray!Le meilleur  test ce sont vos...yeux!☺

Share this post


Link to post
Share on other sites
Je l ai vu et il faut faire très  attention le gros plus est le HDR  avec plus de luminosité  et des couleurs  mieux définies et certains  master 2k sont  supérieurs  à certains  masters 4k,la la land fait l unanimité  avec une image  exceptionnelle  et pourtant c est un master 2k!et cela n a créé  aucune polémique 

 

Le raccourci master2k=aucun intérêt  par rapport  au bluray est donc totalement faux d'autant plus que le codec vidéo  est supérieur,au début  du bluray certains titres utilisaient  le même  master que le DVD et la différence  était pourtant  nette

 

J ai vu Watchmen (master 2k) et là  aussi gros choc rien à voir avec le bluray!Le meilleur  test ce sont vos...yeux!

Peut-être mais au final, on se retrouve quand même avec un Blu-Ray qui porte la mention 4K mais qui n'en n'est pas un vu que l'on bosse à partir d'un master 2K "gonflé", donc, on essaye quand même d'entuber le consommateur & s'en vaseline en plus...

 

Envoyé de mon SM-A310F en utilisant Tapatalk

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 13 heures, Dark Vador a dit :

Peut-être mais au final, on se retrouve quand même avec un Blu-Ray qui porte la mention 4K mais qui n'en n'est pas un vu que l'on bosse à partir d'un master 2K "gonflé", donc, on essaye quand même d'entuber le consommateur & s'en vaseline en plus...

 

Envoyé de mon SM-A310F en utilisant Tapatalk

 

 

 

Le support est"ultra hdbluray" le terme 4k n aurait pas dû  apparaitre, ce que je reproche au mec qui fait les vidéos c est d émettre  des critiques sur des titres  qi il n a pas vus!(cest lui même  qui le dit)

Quand tu vois les gardiens  de la galaxie 2 tu pleures ta mère  tant le bluray est enterré, la plupart l ont pris en bluray pour le steelbook (bien qu' il existe en UK et USA chez bestbuy),tu es dur en parlant d entuber le consommateur  car pour moi 30 euro pour le bluray alors que pour quasiment  le même  prix tu as l UHD avec une qualité  largement  supérieur   c'est aussi entuber le consommateur !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le support est"ultra hdbluray" le terme 4k n aurait pas dû  apparaitre, ce que je reproche au mec qui fait les vidéos c est d émettre  des critiques sur des titres  qi il n a pas vus!(cest lui même  qui le dit)

Quand tu vois les gardiens  de la galaxie 2 tu pleures ta mère  tant le bluray est enterré, la plupart l ont pris en bluray pour le steelbook (bien qu' il existe en UK et USA chez bestbuy),tu es dur en parlant d entuber le consommateur  car pour moi 30 euro pour le bluray alors que pour quasiment  le même  prix tu as l UHD avec une qualité  largement  supérieur   c'est aussi entuber le consommateur !

Ben si c'est plus beau qu'un Blu-Ray, tout est dit!

J'espère qu'ils lisent les gars qui les fabriquent car ils doivent bien se marrer.

Ils peuvent continuer à en faire des Blu-Ray 4K de cette trempe, certains ne sont pas dérangés d'acheter un support soit disant mieux que ce qu'il se faisait avant mais qui en vérité est loin d'être exploité à 100%, voir 50% de ses possibilités mais vendu au prix fort!

 

tumblr_inline_okpbmv7PFz1s9x8us_500.gif

 

 

 

Envoyé de mon SM-A310F en utilisant Tapatalk

 

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 10 heures, Dark Vador a dit :

Ils peuvent continuer à en faire des Blu-Ray 4K de cette trempe, certains ne sont pas dérangés d'acheter un support soit disant mieux que ce qu'il se faisait avant mais qui en vérité est loin d'être exploité à 100%, voir 50% de ses possibilités mais vendu au prix fort!

 

On peut dire pareil du blu-ray. Quand tu vois la gueule de certaines masters qui sont à peine bon pour le dvd, et pourtant ça empêche pas certains d'acheter...

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, magik a dit :

On peut dire pareil du blu-ray. Quand tu vois la gueule de certaines masters qui sont à peine bon pour le dvd, et pourtant ça empêche pas certains d'acheter...

Sauf qu'avec le Blu-Ray, la définition maximum, c'est le 2K donc, quand le master est travaillé, c'est sur du 2K vu le matos utilisé par tous est en 2K y compris pour les Blu-Ray 4K:rolleyes:.

Certes, certains masters ne sont pas terribles sur un Blu-Ray 2K mais s'il n'y a pas de travaille de restauration/remasterisation ça peu explique ça.

Mais là, on veut nous vendre des Blu-Ray 4K mais qui ne le sont pas vu que le master est travaillé sur une base 2K, c'est complètement illogique & vu que les consommateurs n'y voient que du feu, pourquoi ils changeraient leurs matos pour avoir des Blu-Ray 4K pleinement efficace?

On me dit oui, c'est plus beau qu'un Blu-Ray 2K, ouais mais payer un support qui en fait se rapproche plus d'un Blu-Ray 2K boosté mais avec le l'appellation 4K, j'aurais les boules!

Edited by Dark Vador

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un blu ray 4K sur un TV des années 80 le rendu sera pas top. Faut la bonne TV, le bon lecteur, un bon home cinéma ..... donc pour moi si on a pas TOUT le matos adéquat ça sert à rien un 4K.

Tu peux avoir le plus beau film qui à été filmé avec les caméras pour si t' as une TV à tube cathodique et vieux lecteur blu ray je pense que le rendu du 4K ne sera pas folichon. A près je peux me tromper mais moi c' est comme ça que je vois la chose.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, ncis28 a dit :

Un blu ray 4K sur un TV des années 80 le rendu sera pas top. Faut la bonne TV, le bon lecteur, un bon home cinéma ..... donc pour moi si on a pas TOUT le matos adéquat ça sert à rien un 4K.

Tu peux avoir le plus beau film qui à été filmé avec les caméras pour si t' as une TV à tube cathodique et vieux lecteur blu ray je pense que le rendu du 4K ne sera pas folichon. A près je peux me tromper mais moi c' est comme ça que je vois la chose.

Et si en plus ton disque 4K a été fait sur du matos 2K...:ninja:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Des extraits d'un site(je ne sais pas si je peux le citer), je pense que c'est assez intéressant, c'est plus ou moins lié à ce qu'on disait :

 

 

"Les polémiques entourant l'utilisation - ou non - de master 4K autour des éditions Ultra HD Blu-ray ont malheureusement contribué à noyer le consommateur dans un flou le plus complet. Difficile de percevoir l'intérêt de telle ou telle édition lorsque les pratiques, les technologies, et les usages autour du monde de la vidéo sont mal saisies ou tout simplement non communiqués.

C'est en réponse à des commentaires insistants autour de l'absence d'intérêt de telle ou telle édition Ultra HD Blu-ray que nous avons pris la décision de relancer nos chroniques d'éditions vidéo disque. Plus de Blu-ray. On se focalisera uniquement sur les éditions Ultra HD Blu-ray. Et uniquement.

On débute cette nouvelle vague par un premier titre d'importance : Rencontres du Troisième Type de Steven Spielberg. Une oeuvre culte, tournée en 35mm, qui a bénéficié d'une remasterisation pour son 40ème anniversaire.

Cette édition apporte-t-elle réellement un bénéficie concret et visible pour le Home-Cinéphile qui détient très certainement dans sa vidéothèque l'édition Blu-ray de 2007."

 

Le reste en dessous dans le "spoiler"

 

Révélation

Rencontres du Troisième Type reste un grand spectacle de science-fiction. Porté par la musique de John Williams, le film célèbre en 2017 son 40ème anniversaire. Il s'agit d'une bonne occasion pour les fans de replonger dans ce chef-d'oeuvre et pour les plus jeunes d'entre vous d'en faire la découverte. D'ailleurs, le film constitue le premier de Steven Spielberg à bénéficier en France d'une sortie au nouveau format Ultra HD Blu-ray. Tout un symbole.

Evidemment, Rencontres du Troisième Type n'est pas à sa première édition vidéo disque. On se souvient de la version LaserDisc, du DVD sans oublier la précédente édition Blu-ray Disc qui date déjà de 2007. Les chances sont donc grandes pour qu'une de ces versions logent encore dans votre vidéothèque. Vos questions sont donc pleinement légitimes :

- Le film a-t-il réellement bénéficié d'une remasterisation 4K ?
- Cette version 2160p HDR apporte-t-elle des améliorations nettes et franches par rapport à l'édition Blu-ray de 2007 ?
- Ces différences sont-elles suffisamment importantes pour motiver un nouvel achat ?

On vous délivre notre avis.

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Rencontres du Troisième Type (Master 4K)

Qualité Vidéo

On entend déjà crier certains : mais ce film de 1977 n'a pas été tourné en 4K. C'est un vieux film. Pourquoi fait-il l'objet d'une sortie en Ultra HD Blu-ray ? Rappelons à ces personnes que le format argentique 35mm - qui représente plusieurs décennies de septième art - conserve un potentiel de résolution égal - si ce n'est supérieur - au 4K numérique. Close Encounters reste un candidat légitime. Il a été tourné principalement en 35mm avec des effets spéciaux d'époque supervisées en 65mm (Super Panavision 70). Surtout, Sony Pictures a officiellement entrepris une remasterisation en 4K du film avec concrètement :

- un nouveau scan des négatifs originaux
- une restauration numérique (nettoyage, ajouts et corrections d'effets visuels)
- un nouvel étalonnage couleur optimisé pour la technologie HDR (HDR10)

Purs arguments marketing pour camoufler un simple upscaling du Blu-ray de 2007 crieront les plus sceptiques ? Notre réponse franche : NON !

De véritables efforts ont été effectués. On ne peut le nier. On note dans un premier temps l'adoption du ratio Cinemascope 2.39 contre 2.35 pour la précédente édition. Le master 2017 récupère ainsi une petite portion d'image - inédite en vidéo disque - sur la zone latérale droite. L'équipe technique a aussi profité de la restauration pour affiner l'oeuvre avec l'ajout discret de nouveaux effets de lumières : par exemple la lumière rouge du vaisseau mère qui vient désormais se refléter sur la pointe de l'emblématique montagne. Les lumières du vaisseau interagissent désormais avec la roche. L'ajout est discret et du plus bel effet.

La version 2160p HDR repose surtout sur un nouvel étalonnage couleurs, supervisé par le coloriste Sheri Eisenberg, qui constitue l'apport principal de cette édition. Il faut insister sur ce point ! On ne va pas dire que ce ré-étalonnage transforme littéralement l'oeuvre. Mais il lui apporte une importante amélioration tout en la modernisant. Prenez le temps de comparer les images du Blu-ray 2007 avec cette nouvelle version. Vous constaterez globalement que les couleurs et les contrastes ont été soigneusement ajustées et de manière souvent subtile. C'est-à-dire sans surenchère ou excès de saturation. La gamme de couleurs élargie offerte par le nouveau format Ultra HD Blu-ray permet réellement d'offrir une nouvelle représentation du film. Les noirs sont sensiblement plus denses et les couleurs globalement plus vibrantes. La gamme de contrastes se montre très large, délivrant des images lumineuses et à la luminosité étonnante (pour un film de cette époque). Sur ce point, mention spéciale aux scènes se déroulant dans le désert. Les blancs, les lumières, les couleurs ressortent avec acuité. La peinture jaune du camion de Roy reste du plus bel effet, tout comme les séquences nocturnes qui nous plongent dans des noirs absolus. On insiste : c'est ce réétalonnage des couleurs supervisée pour cette version 2160p HDR qui apporte un renouveau.

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Rencontres du Troisième Type (Master 4K)

En revanche, et pour avoir comparé l'édition Blu-ray 2007 avec cette version 2160p, l'apport en termes pur de "netteté" reste très minime. En matière de netteté et de définition pure, cette version 2160p n'apporte pas de transformation radicale. Le rendu vous paraîtra simplement plus affiné. Mais rien de révolutionnaire sur ce point.

Le grain argentique est une composante importante de ce nouveau master 4K. Il nous a paru mieux restitué sur cette version 2160p. Beaucoup plus finement qu'auparavant. Les images restent sans surprise "filmiques" et "eighties". Le rendu est diablement argentique, pour ne pas dire parfois rugueux ou imparfait.  Le master 4K n'établit pas de miracle. Il restitue cette granularité qui fait partie intégrante de l'esthétique et de la sensibilité des négatifs d'époque. Les véritables Home-Cinéphiles sauront apprécier cet aspect. Pas de miracle non plus pour les nombreuses zones accusant de soft-focus qui sont inhérentes à la photographie de Vilmos Zsigmond. Quelques scènes souffrent d'une résolution franchement basse. D'autres d'un bruit pouvant paraître éprouvant. Mais ces instants de fragilité visuelle font eux-aussi partie intégrante de l'oeuvre originale. Une forme de signature...

Le bilan reste à nos yeux positif pour le peu que l'on re-situe l'oeuvre dont on parle. Pas de transformation radicale. Il ne s'agit pas d'une présentation de "référence HDR 4K" pour vos séances de démo. Mais Sony Pictures n'a jamais eu cette prétention. L'apport de l'Ultra HD Blu-ray est présent et significatif. Mais il ne se situe pas aujourd'hui sur le seul registre de la netteté ou de la pure résolution. C'est surtout le nouveau color grading HDR qui apporte une mise à niveau de l'oeuvre. Photographie et couleurs sont aujourd'hui plus modernes.

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Rencontres du Troisième Type (Master 4K)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Rencontres du Troisième Type (Master 4K)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Rencontres du Troisième Type (Master 4K)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Rencontres du Troisième Type (Master 4K)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Rencontres du Troisième Type (Master 4K)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Rencontres du Troisième Type (Master 4K)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Rencontres du Troisième Type (Master 4K)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Rencontres du Troisième Type (Master 4K)

Qualité Audio

Sony n'a pas profité de ce 40ème anniversaire pour introduire une piste sonore remasterisée en Dolby Atmos ou DTS:X. Il aurait été intéressant de découvrir cela. On se contente aujourd'hui d'une piste DTS-HD Master Audio 5.1. Elle est plaisante. Surtout grâce aux graves solides. Les effets LFE lors des passages de vaisseaux sont vraiment sympathiques. L'aération 5.1 est honorable avec une ouverture vers les canaux surround réguliers (sans en faire des tonnes). Les limitations d’époque viennent évidemment restreindre le rendu et l’homogénéité de la spatialisation, mais l'expérience 5.1 reste plaisante. Pas de révolution par rapport à la précédente édition Blu-ray toutefois. Côté VF, elle est proposée en Dolby Digital 5.1 sur le disque Ultra HD Blu-ray.

Versions du film

L'Ultra HD Blu-ray propose les trois versions du films en seamless branching :
- Montage original (1977 - 134')
- Edition spéciale" (1980 - 132')
- Director's Cut" (1998 - 137')

Bonus

L'édition 2017 reprend les bonus du précédent Blu-ray. On note toutefois l'ajout de nouveaux documents inédits :

- Une vue d’en haut : qui met l'accent sur les différences entre les 3 versions différentes du film
- Trois types de rencontres (HD - 22.02 minutes) : Interview de trois réalisateurs de renom : Steven Spielberg, J.J. Abrams et Denis Villeneuve
- A la maison et sur le tournage (HD - 5.25 minutes) : Des extraits de la collection personnelle des premières vidéos de Steven Spielberg
- Comparaisons de Storyboard (22 minutes)


Conclusion

Rencontres du Troisième Type en Ultra HD Blu-ray constitue la plus belle présentation du chef-d'oeuvre de Steven Spielberg disponible à ce jour. L'apport pur en termes de netteté comparativement à la précédente édition Blu-ray reste minime. Cette édition tire en revanche profit du nouvel étalonnage couleurs supervisé pour le HDR qui apporte indéniablement une mise à niveau tout à fait acceptable. Recommandé pour les cinéphiles et puristes (que nous sommes)...

 

////

 

test alien covenant 

 

 

Alien Covenant constitue le premier film de la saga légendaire de Ridley Scott à bénéficier d'une sortie directe au format Ultra HD Blu-ray. Suite de Prometheus, il s'agit du second acte d'une probable quadrilogie servant de préquel à la saga originale. En dépit de critiques parfois assassines, on a trouvé que ce nouvel opus complétait à merveille l'exploration du mythe de l'Alien. Le héros du film n'est tout simplement plus l'équipage mais bien sûr David. L’humanoïde fait une fois de plus figure de démiurge. Il est proche des personnages de Faust et de Frankenstein. La richesse des thèmes explorés et la poésie quelque peu macabre qui s'en dégage n'empêchent pas la violence graphique (propre au genre) de s'exprimer avec intensité. On attend avec ferveur la suite...

Découvrir pour la première fois un volet de cette saga mythique au nouveau format Ultra HD Blu-ray n'est pas une mince affaire. En tant que Home-Cinéphiles, nos attentes sont grandes à l'égard de ce nouveau format vidéo disque. Et les interrogations aussi. Surtout dans un contexte où Alien Covenant n'a pas été finalisé en 4K mais en 2K.

Dans une démarche objective, on tentera de répondre à plusieurs questions :

- L'emploi de la technologie HDR fournit-il un apport qualitatif et visible sur ce film ?
- Existe-il un gain de "netteté" entre la version 2160p HDR et la version 1080p du Blu-ray d'Alien Covenant ?
- Ces différences sont-elles véritablement importantes et comment expliquer leur présence ?

Voici notre avis complet sur l'édition Ultra HD Blu-ray d'Alien Covenant.

NB : Les comparatifs image sont strictement à usage illustratif et sont non représentatifs de ce que l'Ultra HD Blu-ray diffusera sur votre écran UHD HDR calibré.

659-09-brd.jpg
659-09-hdr.jpg
 
 
 

Qualité Vidéo

Un mot d'abord sur le tournage. Le film a été tourné intégralement à l'aide de caméras numériques. Pas n'importe lesquelles : les célébres caméras Arri Alexa XT. Elles autorisent l'enregistrement de vidéos 3.4K. Tout cela au format RAW professionnel (Arriraw). Effets visuels et master intermédiaire ont été ramenés et supervisés en 2K. L'édition Ultra HD Blu-ray s'appuie sur un étalonnage couleurs réalisé en accord aux spécificités de la technologie HDR. Cette version 2160p bénéficie aussi d'une compression vidéo HEVC et d'un ratio 2.39.

Premier constat frappant et valable pour les deux éditions : on est en face d'images de science-fiction absolument splendides ! Alien Covenant propose des images impeccables. Ce n'est pas une surprise. C'est un projet à gros budget et supervisé par Ridley Scott. On retrouve une image piquée. Elle fait la part belle entre ombres et lumières. Elle offre des valeurs de contrastes supérieures à ce à quoi les précédents films de la saga en Blu-ray nous ont habitué. Aujourd'hui, les personnages et créatures surgissent de l’ombre à la lumière avec brio. Leurs silhouettes sont sculptées avec grande finesse. La stabilité de la compression vidéo est parfaite, y compris lors des séquences mouvementées et en pleine pénombre. La caméra numérique Arri Alexa XT délivre aussi une texture d'image très cinéma. Certaines scènes, notamment en basse lumière, font l'objet d'une fine couche de bruit vidéo qui s'apparenterait presque à un grain subtil argentique. Décision artistique sur la texture d'image numérique (ou pas ?), cette présence reste légère et du plus bel effet. Elle vient renforcer le chaos des scènes les plus nerveuses. L'étalonnage du film nous plonge dans une ambiance visuelle globalement dé-saturée couplée à une température froide des couleurs pour ne pas dire glaciale. C'est un film de science-fiction visuellement bluffant.

Quel apport pour l'Ultra HD Blu-ray ?

La scène d'ouverture saura vite vous convaincre de la principale différence apportée par cette version 2160p. La chambre blanche, conceptualisée dans un esprit minimaliste, et dans laquelle dialoguent Weyland et David, s'accapare grâce au HDR d'une luminosité et d'une clarté renforcées. Plus tard, les vues panoramiques sur les montagnes verdoyantes retrouvent aussi des valeurs supplémentaires de vibrance. C'est en comparant ces séquences avec l'édition Blu-ray que l'on s'aperçoit que la version 1080p SDR s'avère définitivement plus "terne" !

Ces quelques scènes donnent le ton de l'étalonnage couleurs effectuée pour cette version High Dynamic Range. Alien Covenant en HDR10 permet à la photographie de Dariusz Wolski de s'exprimer avec plus d'amplitude. Les scènes spatiales récupèrent un supplément de tridimensionnalité grâce à l'exploitation de contrastes plus forts. Les couleurs primaires sont mieux saturées. L'étalonnage HDR offre globalement une dimension plus "métallique" et "glaçante" aux images. Plus dure aussi. Les bleus sont moins verdâtres que sur le Blu-ray.

659-01-brd.jpg
659-01-hdr.jpg
 
 
 

Surtout, les éclairages, les détails lumineux sur les écrans holographiques et les voyants de contrôle sont mieux mis en avant et même un peu plus finement. On parvient davantage à lire ce qui est écrit sur les écrans. Bien que s'appuyant sur un master 2K, la version 2160p présente aussi un supplément perceptible de netteté. Sans doute ces différences se seraient montrées plus importantes depuis un master 100% 4K. Mais, couplée à une meilleure compression vidéo HEVC et à cet étalonnage HDR, la perception de définition et de détails est tout de même accentuée aujourd'hui. Pas une différence radicale c'est certain. Mais une différence suffisamment significative pour être signalée et mise en avant.

Note : Ceci nous amène à rappeler que la seule résolution d'un master ne constitue absolument pas le seul maillon du confort visuel et que bien d'autres éléments rentrent en jeu dans la chaîne de restitution UHD : l'étalonnage des couleurs (le color grading est un art et un métier), la qualité de la source à partir de laquelle la mise à l'échelle est réalisée (un master 2K professionnel contient 2.5 fois plus de sous-pixels que dans un Blu-ray), la compression HEVC, la profondeur des couleurs...

659-05-brd.jpg
659-05-hdr.jpg
 
 
 
659-07-brd.jpg
659-07-hdr.jpg
 
 
 
659-06-brd.jpg
659-06-hdr.jpg
 
 
 
659-02-brd.jpg
659-02-hdr.jpg
 
 
 

Qualité audio

L'édition Ultra HD présente une version originale au format Dolby Atmos. Et les prestations sont au rendez-vous. Un gros travail de design sonore a été réalisé sur ce film avec une reprise d'anciennes sonorités classiques et de nouvelles créations. Le mixage exploite en lui-même de façon très régulière la scène sonore dans toute son étendue. Jamais la piste ne se cantonne aux seuls canaux frontaux. Les ouvertures sont fréquentes et régulières. Et c'est un vrai plaisir à ce niveau. Cela s'illustre de plusieurs façons. Les scènes se déroulant à bord du Covenant sont remplies d'une multitude de petits bruitages. Ces derniers viennent placer l'auditeur au centre de la scène sonore. On pense aux ouvertures et fermetures de sas et à tous ces petits cliquetis mécaniques émanant des tableaux de bord. Alors que l'équipage débarque en reconnaissance sur la planète, les ambiances naturelles sont superbement représentées. Par exemple ces bruissements de vent dans le champ de blé. Des détails sonores parfois anodins (une goutte d’eau, une basse fréquence) viennent ponctuellement animer un espace sonore d’une très belle richesse. La musique signée Jed Kurzel dispose également d'une dimension très organique. Plus que de simples mélodies, elle a parfois pour charge de composer des ambiances  afin de renforcer l'angoisse. Mention spéciale à cette séquence d'attaque des deux Néomorphes. Et cet instant : lorsque la fusée de détresse de l'homme encapuchonné vient retentir dans votre pièce d'écoute avec tous les effets qui s'en suivent...

La VF est disponible sur ce vidéo disque au format DTS 5.1 (mi-débit), un élément assez habituel chez Fox. Cette VF démérite pas. Les prestations restent tout à fait convenables puisque le mixage de départ est moderne et énergique. La version originale reste toutefois hautement supérieure avec des sonorités clairement plus aérées, épaisses et détaillées.

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Alien Covenant (Master 2K)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Alien Covenant (Master 2K)

Bonus

- Commentaire audio du réalisateur Ridley Scott
- Master Class : Ridley Scott
- Scènes coupées et rallongées
- Secteur 87 – Planète 4
- Galerie de production

Conclusion

Des oeuvres finalisées en 2K trouvent-elles un intérêt à être présentées au format Ultra HD Blu-ray ? En ce qui concerne Alien Covenant, notre constat est clair. Cette édition 2160p HDR offre une qualité visuelle supplémentaire. Un supplément qualitatif qui ne vient pas terrasser l'édition Blu-ray équivalente mais qui apporte un confort de restitution non négligeable pour les personnes équipées. Dans tous les cas, il s'agit d'une très belle édition Ultra HD Blu-ray qui offre de beaux résultats.

 

 

 

:::: test Un jour dans la vie de Billy Lynn:

 

Retour en mars 2016. Le réalisateur Ang Lee profitait du NAB Show pour présenter les premières images de son dernier long-métrage : Un jour dans la vie de Billy Lynn. Le NAB est pour rappel le plus grand salon dédié au matériel audiovisuel professionnel au monde. Ang Lee voulait frapper fort. Et il l'a fait.

Le metteur en scène de L'Odyssée de Pi présentait alors un premier extrait du tout premier long-métrage de l'histoire à bénéficier d'un tournage en 4K 3D Ultra HFR. On connaissait la 3D HFR avec The Hobbit tourné à 48 fps (pour chaque oeil). Ang Lee ambitionnait d'aller beaucoup plus loin en proposant une captation en 4K à 120 images par seconde (pour chaque oeil). Du jamais vu dans l'histoire du septième art. L'enjeu était le suivant : dans une démarche artistique expérimentale, repousser les limites de la technologie tout en remodelant la manière dont on pense le cinéma, la lumière, le jeu des acteurs et la post-production des films.

Les personnes ayant assisté à ces projections expérimentales ont parlé d'une "révolution" et de la meilleure 3D à laquelle ils ont pu assister. Il faudra sans doute de nombreuses années avant que Un jour dans la vie de Billy Lynn puisse être présentée au grand public dans sa qualité optimale. En revanche, Sony Pictures propose l'édition Ultra HD Blu-ray du film. Et elle présente une particularité : celle d'offrir une version 4K HDR 60 fps.

Il s'agit à notre connaissance de la seule édition vidéo disque disponible sur le marché à proposer de telles performances techniques. Oubliez les 24 images par seconde traditionnelles. Cette édition Ultra HD Blu-ray va vous fournir 60 images en 4K HDR (ratio 1.85) avec un débit de compression HEVC atteignant des pics à trois chiffres. De quoi vous en mettre plein les rétines.

Notre avis sur cette édition inédite est ici.

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Un jour dans la vie de Billy Lynn (Master 4K / HFR 120 FPS)

Avant-Propos

Ang Lee est un réalisateur ambitieux, talentueux et intelligent. Il met la technologie HFR au service de son histoire et de sa vision du monde. Il vient dresser un questionnement profond et ambitieux sur la guerre en Irak et surtout sa représentation auprès de la société. Il nous plonge à l'aide de multiples artifices techniques dans "l'envers du décor". Le spectateur est plongé dans un film, profondément ancré dans le réel, un réel qui est lui-même une mise en scène, une sorte de super Bowl théâtral. Cette imbrication subtile permet à Ang Lee de nous dresser une critique sur le paraître de notre époque, la théâtralisation des grands faits de société et la récupération qui en est faite. Une oeuvre atypique, profondément expérimentale, qui mérite vraiment d'être découverte.

Qualité vidéo

Le disque Ultra HD Blu-ray nous offre la possibilité de visionner le long-métrage dans sa version 4K 2160p HDR (HDR10) / à la cadence de 60 images par seconde. On ne va pas vous mentir : c'est une expérience déconcertante ! Elle peut déplaire. Notre rapport à l’image, comme au langage même du cinéma, est ici remis à zéro. Cette expérience d'hyperréalisme est construite sur la base principale de plusieurs facteurs :

- l'utilisation d'un master 4K qui offre aujourd'hui des images d'une précision inouie
- un color grading HDR qui restitue un rendu des couleurs très lumineux et contrasté
- une vitesse de défilement qui offre au film une fluidité véritablement inédite, plus proche de ce que perçoit l’œil humain dans le réel
- une photographie ambitieuse signée John Toll (Braveheart, La Ligne Rouge).

Le film a été tourné en numérique 4K à l'aide de caméras Sony F65 et a bénéficié d'un master supervisé en 4K. En matière de définition, les images sont détaillées à l'extrême. La définition est ciselée au rasoir. Le HFR rajoute également un supplément non négligeable de netteté avec l'élimination de toute sensation de "Motion Blur" (les flous de mouvement). Elle vient aussi présenter des détails, des reflets plus nuancés que jamais. Le niveau de détails est vraiment prodigieux sur ce vidéo disque.

L'emploi du HDR vient enfoncer le clou avec des environnements présentés de manière lumineuse et contrasté. Les scènes se déroulant en Irak, sur terrain sablonneux, affichent une luminosité assez déconcertante. Ang Lee bouscule nos repères ! On est à la frontière entre un documentaire du futur, une émission de télévision le tout sous l'enveloppe d'une oeuvre cinématographique à part entière. Une expérience vidéo absolument inédite !

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Un jour dans la vie de Billy Lynn (Master 4K / HFR 120 FPS)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Un jour dans la vie de Billy Lynn (Master 4K / HFR 120 FPS)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Un jour dans la vie de Billy Lynn (Master 4K / HFR 120 FPS)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Un jour dans la vie de Billy Lynn (Master 4K / HFR 120 FPS)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Un jour dans la vie de Billy Lynn (Master 4K / HFR 120 FPS)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Un jour dans la vie de Billy Lynn (Master 4K / HFR 120 FPS)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Un jour dans la vie de Billy Lynn (Master 4K / HFR 120 FPS)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Un jour dans la vie de Billy Lynn (Master 4K / HFR 120 FPS)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Un jour dans la vie de Billy Lynn (Master 4K / HFR 120 FPS)

Qualité audio

L'expérience vidéo immersive est renforcée par une excellente version originale disponible en Dolby Atmos. Le champs sonore est aujourd'hui ouvert et maximal. Le rendu ambiophonique est extrêmement plaisant. Cette piste sonore n'en fait pas des tonnes mais sait réagir aux bons moments en déployant une activité souvent panoramique (réverbérations, ambiances…) et épisodiquement assaillante. Le spectateur se sentira enveloppé par les sonorités, happé par un environnement sonore pensé à 360 degrés. Cela se traduit bien souvent par des ambiances subtiles qui passent d'un canal à un autre (scènes de stade, conférences...). Mention toutefois spéciale à cette séquence de bataille particulièrement jouissive. Les coups de feux, les détonations bénéficient d'une belle force d'impact et d'un beau renfort de grave. Les canaux surround sont impeccablement exploités avec une dynamique qui sait prendre aux tripes. Autre agréable moment audio : le show de Beyoncé. Cette édition aurait été parfaite si Sony n'avait pas limité la VF à du Dolby Digital 5.1, là où l'édition Blu-ray simple (disponible dans ce combo) inclut du DTS-HD...

Bonus
- Le Blu-ray (1080p / 24)
- Le Blu-ray 3D (MPEG-4 MVC / 1080p / 24)
- Copie digitale
- 6 scènes coupées (HD - 10 minutes 18)
- À la bataille, sur le terrain : entrer dans le film (HD - 9 minutes 21)
- Réunir le casting (HD - 11 minutes 29)
- Recréer la mi-temps (HD - 6 minutes 27)
- La fratrie du combat (HD - 4 minutes 24)

Conclusion

Ang Lee avec Un jour dans la vie de Billy Lynn repousse les limites de la technologie au service d'une belle histoire. Nous défendons cette édition Ultra HD Blu-ray de part son caractère totalement inédit. Il s'agit d'un vidéo disque atypique sur le plan technique, le seul à offrir une présentation vidéo en 4K HDR HFR (60 fps). Une expérience que le Blu-ray standard (limité au 1080p /24 fps) ne saura jamais reproduire.

Il s'agit d'une édition hautement recommandée.

 

:::::::::::::::

 

passengers

 

Un film romantique, sous des allures de science-fiction moderne. Oui ! Il y en aura pour tous les goûts avec Passengers.

Ce film réalisé par Morten Tyldum est un voyage spatial explorant une thématique : celui de l'instant présent et de notre confrontation avec la solitude et la technologie. Des thèmes profonds - sur le papier - qui malheureusement sont traités de manière assez légère. Légèreté que l'on pardonne toutefois. Car on passe tout de même un bon moment avec une histoire touchante et un duo formé par Jennifer Lawrence et Chris Pratt qui fonctionne bien à l'écran.

Passengers mobilise notre intérêt car il remplit les caractéristiques d'un titre Ultra HD Blu-ray idéal avec un processus de création entièrement supervisé en 4K.

Cette édition Ultra HD Blu-ray fournit-elle réellement des différences perceptibles avec l'édition Blu-ray équivalente ?

Notre avis complet sur ce vidéo disque est ici.

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Passengers (Master 4K)

Test 4K Ultra HD Blu-Ray : Passengers (Master 4K)

Qualité Vidéo

Passengers constitue un candidat idéal pour le format Ultra HD Blu-ray. Le film a été tourné à l'aide de la caméra numérique Arri Alexa 65 qui bénéficie d'un capteur plein format et qui autorise l'enregistrement de vidéos en 6.5K. Le master intermédiaire a été supervisé intégralement en 4K. Le film a également été présenté dans les salles obscures compatibles dans une version étalonnée en HDR. Ce sont des caractéristiques techniques qui répondent parfaitement aux critères d'une prometteuse édition Ultra HD Blu-ray.

Prometteuse ? Non ! Il s'agit d'une excellente édition ! Passengers, présenté sur ce vidéo disque en 2160p (HDR10), délivre des images démonstratives. Elles reflètent les vraies capacités de ce nouveau format vidéo disque. La définition est extrêmement aiguisée. Le rendu des détails est cristallin sur cette version. La texture des peaux et les gros plans portés sur le visage de Jim et Aurora affichent beaucoup de finesse. Cela en devient même déroutant. On parvient presque à déceler les traces de maquillage, parfois abondantes, des acteurs. Un piqué exceptionnel. Il en est de même pour les vêtements, les objets décoratifs, les sols, la décoration des suites et autres restaurants équipant l'Avalon. On a affaire à une netteté redoutable des premiers-plans jusqu’aux derniers. L'utilisation de la caméra Arri Alexa 65 (The Revenant) y est pour quelque chose. Un aspect renforcé par l'utilisation d'un DI 4K.

Sur le registre de la netteté, l'Ultra HD Blu-ray apporte un franc supplément par rapport à l'édition Blu-ray en allant restituer des détails supplémentaires inhérents à la captation et qu'aucun upscaling ne pourra jamais recréer. Des différences flagrantes sur les textures de peau, les objets, les cheveux des acteurs... Prenez l'exemple de ces gros plans (échelle 1:1, 2160p) :

660-02-brd.jpg
660-02-hdr.jpg
 
 
 
660-02-brd.jpg
660-02-hdr.jpg
 
 
 

La colorimétrie est axée sur des tons que l'on qualifiera de solaires avec des dominantes ocres et orangées. La température des couleurs est plutôt chaude sur ce film. Contrairement à d'autres éditions, l'étalonnage HDR sur ce titre n'apporte pas de changement virulent ou percutant par rapport à la version SDR. Il s'agit surtout de restituer plus de nuances avec un usage du High Dynamic Range effectué dans la subtilité. Cette version HDR10 n'en reste pas moins efficace. Elle dégage plus de nuances, renforce les contrastes couleurs, tout en accentuant la perception de définition. Les lumières apparaissent avec plus d'éclat tout comme les hologrammes. Les tons de peau eux-aussi paraissent un peu plus chauds et naturels, moins jaunâtres. HDR et apport de résolution, tous deux combinés, permettent aujourd'hui au film d'être présenté sous les meilleures conditions.

660-04-brd.jpg
660-04-hdr.jpg
 
 
 
660-04-brd.jpg
660-04-hdr.jpg
 
 
 
660-01-brd.jpg
660-01-hdr.jpg
 
 
 

Qualité Audio

La version originale de Passengers bénéficie du format Dolby Atmos, une piste rétrocompatible Dolby TrueHD pour les personnes non équipées. Le film est assez sobre sur le plan de l'action pure. Mais il débute de façon intense avec la traversée fatale de l'Avalon dans le champ d'astéroïdes. Mention spéciale ici à la dynamique générale. L'auditeur se voit confronté à des impacts sonores puissants et qui sont, sur le plan de la narration pure, lourds de conséquence. Le film s'achève aussi dans une forme semi-chaos où l'usage des basses ne manque pas d'entrain. On appréciera notamment la puissance évocatrice du réacteur lors du dernier acte. Au-delà de ces instants de montées en puissance, il s'agira pour la grande majorité des scènes de plonger le spectateur dans une ambiance sonore futuriste et immersive. Et la mission est exécutée avec efficacité. Les voix sont également bien tenues. Ces brillantes qualités s'illustrent aussi dans ce formidable sentiment d'enveloppement des haut-parleurs surround, en particulier lorsque Jim communique avec l'intelligence artificelle du navire. Les silences eux-aussi ont une importance, en amplifiant les sentiments d'isolement du protagoniste. Les amateurs de VF devront quant à eux se contenter d'une version en Dolby Digital 5.1, qui certes ne démérite pas, mais peine tout de même à la comparaison. D'ailleurs la VF au format DTS-HD Master Audio existe. Elle est inclut dans sur le disque Blu-ray.

660-08-brd.jpg
660-08-hdr.jpg
 
 
 
660-08-brd.jpg
660-08-hdr.jpg
 
 
 

Bonus

L'édition française intègre les versions Blu-ray 3D, Blu-ray et une copie numérique. On retrouve aussi :

- 8 scènes coupées (HD - 9.49 minutes)
- Le casting de Passengers (HD - 10.39 minutes)
- L'espace à l'écran : les effets visuels de Passengers (HD - 7.26 minutes)
- Sur le tournage avec Chris Pratt (HD - 4.19 minutes)
- La création de l'Avalon (HD - 9.35 minutes)
- Bêtisier (HD - 4.23 minutes)
- Réservez votre traversée (HD - 4.40 minutes)

Conclusion

Si le voyage spatial de Passengers ne marquera peut-être pas de manière indélébile le cœur des amateurs de grande science-fiction, il aura au moins eu le mérite de nous offrir une édition Ultra HD Blu-ray visuellement impeccable et impressionnante. Tourné en 6.5K, masterisé en 4K, Passengers est une révélation en Ultra Haute Définition et HDR.

 

 

 

Edited by Gaël

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 2 heures, overkill a dit :

Les  films en UHD 4K en France c est quasi le néant (celui de T2 exclu mondiale est une "belle" occasion ratée )mais pas mal à  l étranger  j aurai bien voulu Interstellar qui aurait remplacé  mon bluray FNAC par exemple 

 

Après  je privilégie  la qualité  d image donc UHD  amaray plutôt  que bluray steelbook  mais un UHD steelbook  ça serait  le top!

 

Pour moi c'est tant mieux si le 4K ne marche pas , à un moment ça commence à bien faire de changer de support tout les 5 ans , et puis surtout quelle idée de sortir les 4k alors que les ventes de dvd et de blurays ne font que dégringoler d'années en années et le pire c'est que le dvd indétronable était toujours en tête en 2016 représentant 75 % des ventes !!!! ... donc  très très loin devant le bluray qui existe déjà depuis presque 10 ans , il aurait été plus judicieux de tout mettre en oeuvre pour que le bluray détrone largement le dvd en termes de ventes et ensuite sortir les disques 4K ... , moi je le vois bien à Saint-Etienne le 4K est quasi inexistant et les dvd prennent les trois quarts des rayons de l'espace vidéo ...

 

Voici un petit lien très intéressant sur l'état du marché vidéo pour l'année 2016 :

 

http://www.zdnet.fr/blogs/digital-home-revolution/le-marche-video-francais-accentue-son-repli-en-2016-39847460.htm

Edited by Kuririn

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le changement  de support tous les 5 ans ca semble t agacer le bluray a déjà  10 ans et c est normal qu  il a un successeur,tu as le même  smartphone qu' il y a 10 ans?le iphone x a 1200  euro alors que l ancien modèle  est à  800 euro ça  ne dérange  personne

 

Le problème  c est que aujourd'hui  tout le monde  a  une tv au minimum HD,le DVD est une aberration  et s il se vend c est parce que les éditeurs  le proposent!l UHD 4K peut paraître  cher mais quand on voit le net gain par rapport  au bluray ca se justifie 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pas d'accord, j'ai un smatphone donné sinon je pouvais m'en passer, donc certes la majorité ne fait que suivre les autres/la tendance en bon moutons qu'ils savent si bien etre, mais tout le monde ne trouvent pas ça normal de claquer un smic passé pour un téléphone..

 

Le dvd se vend car les gens en achètent beaucoup..

si les gens n'achetaient plus  de dvd au profit d'un  autre support ,les editeurs n'en proposeraient plus..

 

Le net gain? d'un dvd à un blu ray ok, mais blu ray à 4k je trouve pas(je prend juste en compte la resolution, pas l'hdr)

Edited by Gaël

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, Kuririn a dit :

 

Pour moi c'est tant mieux si le 4K ne marche pas , à un moment ça commence à bien faire de changer de support tout les 5 ans , et puis surtout quelle idée de sortir les 4k alors que les ventes de dvd et de blurays ne font que dégringoler d'années en années et le pire c'est que le dvd indétronable était toujours en tête en 2016 représentant 75 % des ventes !!!! ... donc  très très loin devant le bluray qui existe déjà depuis presque 10 ans , il aurait été plus judicieux de tout mettre en oeuvre pour que le bluray détrone largement le dvd en termes de ventes et ensuite sortir les disques 4K ... , moi je le vois bien à Saint-Etienne le 4K est quasi inexistant et les dvd prennent les trois quarts des rayons de l'espace vidéo ...

 

Voici un petit lien très intéressant sur l'état du marché vidéo pour l'année 2016 :

 

http://www.zdnet.fr/blogs/digital-home-revolution/le-marche-video-francais-accentue-son-repli-en-2016-39847460.htm

Franchement mon ami tu dis ça parce que tu regardes de loin,j’étais comme toi quand la 4K est arrivé,en ce moment je suis à fond là dedans et crois moi sur parole,un fan de cinéma ne peux pas critiquer la 4K vu dans de bonnes conditions avec du bon matériel. Le vrai problème c’est les distributeurs,si il dégageait le support DVD tout serait plus simple,tu ne garde que les BR et les 4K

L’apport est plus important qu’on le pense en voyant ça de loin,après moi je me fais mon avis avec mes yeux,les spec techniques,les avis de Bertrand ou Paul Marie sur tels sites sur le fait que c’est un vrai 4K ou un faux m’en fous,j’ai passé 10 minutes avec Gal Gadot cet après midi et ça change la vie

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.