Jump to content

Petites Annonces

" Il y'aura toujours une occasion de se faire plaisir "

Elles arrivent sur blusteel...

Films & Séries

Pas de quoi en faire tout un cinéma,

mais voici les fiches pour les films et séries tv.

Bludeal 2.0

Une nouvelle version. Un nouveau design. Consulter les bons plans

devient plus agréable. En ajouter est devenu plus simple.

 

scaz

Derniers visionnages

Recommended Posts

l'ame des guerriers.jpg

 

L'Ame des guerriers (1995), de Lee Tamahori (Le Masque de l'araignée, James Bond : meurs un autre jour)

 

Véritable choc cinématographique, L'Ame des guerriers montre le quotidien d'une famille Maori dans la banlieue pauvre d'Auckland. Violence, alcoolisme, délinquance, rien n'est épargné au spectateur, les scènes choc s'enchaînent, parfois entrecoupées de moments de grâce (la scène du Haka notamment). Un grand film.

 

:Note4:

 

dead zone.jpg

 

Dead zone (1984), de David Cronenberg (Crash, La Mouche)

 

Adaptation du livre de Stephen King, le film abandonne la structure parallèle à deux personnages du livre pour se concentrer sur le personnage interprété par Christopher Walken (celui tenu par Martin Sheen fait son apparition seulement dans la seconde partie du film). Le résultat est plutôt convaincant, grâce notamment à un scénario intelligent et une réalisation subtile de Cronenberg.

 

:Note4:

 

les ruines.jpg

 

Les Ruines (2008), de Carter Smith (premier film)

 

Film d'horreur plutôt réussi, Les Ruines bénéficie d'un cadre mystérieux et pas assez souvent utilisé à mes yeux (les ruines d'un temple Maya), d'un développement plutôt intéressant et inattendu, et d'acteurs pas têtes à claques (souvent le gros défaut de ce genre de film). Si on ajoute à ça quelques plans gore plutôt bien foutus, on passe un bon moment.

 

:Note35:

 

jeanne.jpg

 

Jeanne (2019), de Bruno Dumont (L'Humanité, Flandres, Camille Claudel 1915)

 

Jeanne fait très peur au début. Le film semble assez austère, les acteurs déclament leur texte de manière peu naturelle, et le récit est d'une lenteur abominable. Pourtant, à la fin de la première séquence, quelque chose de très étonnant se passe : des nappes de synthés et la voix du chanteur Christophe transportent le film dans une autre dimension, et tout ce qui semblait gênant au début devient finalement un atout. L'austérité se transforme en mise en scène sublime visuellement, la diction très particulière des acteurs hypnotise, et la lenteur du début passe comme un éclair. Un des meilleurs films de Bruno Dumont.

 

:Note4:

 

premonitions.jpg

 

Premonitions (1999), de Neil Jordan (The crying game, Entretien avec un vampire)

 

Pas revu depuis le cinéma il y a 20 ans, j'y ai retrouvé les même qualités (une mise en scène soignée, des plans visuellement splendides (la ville sous l'eau), une Annette Bening convaincante) et les mêmes défauts (un scénario qui va progressivement dans le n'importe quoi, des seconds rôles inexistants, Robert Downey Jr qui cabotine à mort) qu'à l'époque. Rien d'inoubliable mais un bon moment.

 

:Note3:

 

countdown.jpg

 

Coutdown (2019), de Justin Dec (premier film)

 

Countdown aurait pu être le nouveau Destination finale, avec son scénario pas plus bête qu'un autre (une appli donne le moment exact de sa mort). Malheureusement, le réalisateur également scénariste choisit dès les premières minutes une autre voie, celle de la malédiction, qui rend le film totalement insipide avec tous les passages obligés des films d'horreur actuels (portes qui grincent, fausses pistes ridicules, musique qui veut faire peur) et des personnages tous moins intéressants les uns que les autres et dont on espère qu'ils vont vite crever.

 

:Note1:

 

what did jack do.png

 

What did Jack do ? (2016), de David Lynch (Twin Peaks, Mulholland Drive, Eraserhead) Netflix

 

Court-métrage de 2016 jusqu'ici uniquement visible dans quelques expositions consacrées à Lynch, What did Jack do ? a débarqué hier sur Netflix pour l'anniversaire du réalisateur. Il montre un inspecteur (Lynch lui-même) interrogeant un singe suspecté du meurtre de l'amant de son grand amour, une poule. Passé le côté surréaliste du scénario, on retrouve le style du réalisateur, entre pastiche de film noir, trucages à l'ancienne et bande sonore ultra travaillée. Evidemment, les réfractaires au style Lynch détesteront. De mon côté, j'ai vraiment apprécié ce court-métrage, et j'espère que cette apparition soudaine sur Netflix annonce un retour aux affaires de celui qui reste certainement mon réalisateur préféré.

 

:Note5: (évidemment je ne suis pas objectif)

 

love.jpg

 

Love (2015), de Gaspar Noé (Seul contre tous, Irréversible)

 

Sous ses airs provocateurs, Love est en réalité un grand film d'amour, l'histoire d'une passion dévorante entre deux êtres faits l'un pour l'autre. La mise en scène de Noé est pour une fois exempte de son tic préféré (la caméra qui tourne) mais n'en reste pas moins splendide (la scène d'amour à 3 est à ce titre exemplaire). Le choix des musiques est excellent et donne encore plus d'ampleur au film. Bref, formellement c'est une réussite. Dommage que l'acteur principal soit si mauvais. L'abus de scènes de sexe non simulé dessert aussi le film, qui aurait gagné par moment à rester dans la suggestion.

 

:Note35:

 

mon beau pere et moi.jpg

 

Mon Beau-père et moi (2000), de Jay Roach (Austin Powers, Trumbo, Scandale)

 

Le choix de mes enfants. Une comédie qui n'a pas pris une ride, avec certains passages toujours aussi irrésistibles. Même si ce film annonce à mon grand regret le début de la fin de la grande carrière de De Niro, il reste toujours efficace, sans temps mort, avec deux comédiens qui se donnent à fond dans leur rôle.

 

:Note35:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 8 heures, magik a dit :

J’ai dû le regarder en plusieurs fois, c’est dire. ^^


Blague à part je l'ai trouvé très bien ce film, il m'a énormément parlé parce que j'étais en pleine rupture quand je l'ai vu. Maintenant je ne sais pas ce que j'en penserais si je le revoyais aujourd'hui. Je pense que son film suivant était meilleur, même si le propos est totalement différent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 46 minutes, Cell a dit :


Blague à part je l'ai trouvé très bien ce film, il m'a énormément parlé parce que j'étais en pleine rupture quand je l'ai vu. Maintenant je ne sais pas ce que j'en penserais si je le revoyais aujourd'hui. Je pense que son film suivant était meilleur, même si le propos est totalement différent.

J’ai trouvé Climax complètement vide. Au vu des critiques positives qu’il a reçu, je suis certainement passé complètement à côté mais je n’ai aucune envie de le revoir pour le moment.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 20 heures, magik a dit :

mon beau pere et moi.jpg

 

Mon Beau-père et moi (2000), de Jay Roach (Austin Powers, Trumbo, Scandale)

 

Le choix de mes enfants. Une comédie qui n'a pas pris une ride, avec certains passages toujours aussi irrésistibles. Même si ce film annonce à mon grand regret le début de la fin de la grande carrière de De Niro, il reste toujours efficace, sans temps mort, avec deux comédiens qui se donnent à fond dans leur rôle.

 

:Note35:

Je viens de découvrir sur 6ter ; c'est gentil, mais il y a de bons gags. Du coup, j'ai regardé la trilogie. :-)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 05/11/2019 à 21:25, Dark Vador a dit :

247152_large.jpg?t=1565121809

 

Enfin vu ce classique du genre, j'ai bien aimé même si aujourd'hui, je ne vois pas ce qui peut réellement effrayer.:lol:

 

Cette remarque revient souvent, et j'avoue que j'ai du mal à comprendre que cela n'agisse pas plus que ça sur les spectateurs d'aujourd'hui (seulement les plus jeunes ?).

 

Ce doit être un des rares films qui me mettent vraiment mal à l'aise, mais il faut dire aussi que je l'ai découvert très jeune.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 3 heures, Shinji a dit :

Cette remarque revient souvent, et j'avoue que j'ai du mal à comprendre que cela n'agisse pas plus que ça sur les spectateurs d'aujourd'hui (seulement les plus jeunes ?).

 

Ce doit être un des rares films qui me mettent vraiment mal à l'aise, mais il faut dire aussi que je l'ai découvert très jeune.


Je pense que les gens le prennent moins au sérieux à cause de toutes les parodies et les autres films d'exorcisme qu'il y a eu, il perd de son impact et de son aura.
 

Mon meilleur ami l'a vu après avoir vu Scary movie 2 et il a admis avoir beaucoup rigolé parce que ça le faisait penser aux gags de l'autre film.

Share this post


Link to post
Share on other sites

spacer.png

 

Rien à faire, je ne rentrerai jamais dans le délire de ces films. Je trouve le personnage de Big Daddy et de sa fille hyper malsains. Je sais que c'est fait pour être cool et satirique, mais voir une gamine de 12 ans tuer des dizaines de personnes, dont une femme désarmée, ça ne m'a pas vraiment fait rire. Surtout que le père est en fait un gros psychopathe, qui balance des gens dans des compacteurs pour faire rire sa gamine.

Le réalisateur a fait exactement la même chose dans Kingsman, il glorifie la violence avec des ralentis et de la musique cool sans réellement se préoccuper du reste.

Le personnage principal est plus irritant qu'autre chose, son costume est ridicule et il se fait tabasser pendant tout le film. Je n'en vois pas vraiment l'intérêt, même si encore une fois je précise que j'ai bien compris que c'était une autre manière d'aborder les superhéros.
 

 

La suite est au même niveau, l'histoire n'est pas beaucoup plus intéressante et il n'y a rien de vraiment innovant à part quelques personnages mais au moins, le rythme est un peu mieux soutenu. Même Jim Carrey ne sauve pas les meubles.

 

Kick-Ass : :Note15:

Image : :Note4:

Son : :Note4:

 

Kick-Ass 2 : :Note15:

Image : :Note5:

Son : :Note4:

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Cell a dit :

Rien à faire, je ne rentrerai jamais dans le délire de ces films.

 

Ce sont en fait des adaptations, dont les originaux sont plus trash encore, comme par exemple The Boys aussi.

Edited by Shinji

Share this post


Link to post
Share on other sites

la machine a explorer le temps 1960.jpg la machine a explorer le temps 2002.jpg

 

La Machine à explorer le temps (1960), de George Pal

La Machine à explorer le temps (2002), de Simon Wells (Le Prince d'Egypte, Milo sur Mars)

 

Deux adaptations assez différentes du roman de HG. Wells. La première est la plus fidèle et la plus réussie. Il y est certes question de la seconde guerre mondiale, événement postérieur à la publication du livre, mais l'ensemble s'intègre intelligemment dans le récit. Les effets spéciaux ont évidemment pris un coup de vieux mais ils restent plus qu'honorables.

Le remake de 2002, réalisé par le petit-fils de HG Wells, est sensiblement différent. Exit les références aux guerres mondiales et à la peur atomique, le film prend une voie plus futuriste avec des passages en 2030 et 2037. Les effets spéciaux sont plutôt réussis, mais le film sombre dans le ridicule avec l'arrivée des Morlocks (Jeremy Irons devait avoir des impôts à payer pour accepter d'apparaître ainsi).

 

:Note35: (l'original)

:Note15: (le remake)

 

the gambler.jpg

 

The Gambler (2015), de Rupert Wyatt (La Planète des singes : les origines, Captive state)

 

Sorti directement en vidéo chez nous, The Gambler est un beau ratage. L'histoire de ce joueur compulsif pouvait donner quelque chose d'intéressant, mais le scénario est vraiment inintéressant au possible et les personnages écrits n'importe comment (celui de Brie Larson est carrément inutile). Mark Wahlberg ne s'en sort pas trop mal, mais il joue un personnage tellement antipathique qu'on se fout un peu de ce qui peut lui arriver.

 

:Note1:

 

l'arnacoeur.jpg

 

L'Arnacoeur (2010), de Pascal Chaumeil (Un plan parfait, Un petit boulot)

 

L'Arnacoeur est une sympathique petite comédie qui vaut le détour surtout pour la prestation de Romain Duris, parfait dans ce rôle de briseur de couple professionnel, et bien secondé par les formidables Julie Ferrier et François Damiens. C'est drôle, rythmé et plein de bons moments.

 

:Note35:

 

une fille facile.jpg

 

Une fille facile (2018), de Rebecca Zlotowski (Grand central, Planétarium)

 

Une fille facile a fait parler de lui surtout pour la présence au casting de Zahia, l'ancienne escort-girl de "l'affaire Ribery". Et effectivement, hormis sa plastique qui est abondamment dévoilée, il n'y a pas grand chose à sauver dans ce film qui se veut à la fois féministe et récit d'une émancipation mais qui ne raconte finalement pas grand chose. A noter tout de même la bonne prestation de Benoît Magimel, qui relève un peu le niveau.

 

:Note2:

 

quand nous étions sorcieres.jpg

 

Quand nous étions sorcières (1990), de Nietzchka Keene (premier film)

 

Sorti en France au cinéma en 2019 après avoir été magnifiquement restauré, ce film tourné en Islande est le premier de Björk, alors âgée d'à peine 20 ans. Dans un noir et blanc sublime, l'histoire raconte le destin de deux sœurs au Moyen-Age qui se réfugient chez un paysan veuf et son fils après que leur mère ait été brûlée pour sorcellerie. Faisant à plusieurs reprises penser à du Bergman, doté d'une atmosphère mystique assez forte, le film est une franche réussite qui mérite d'être vu.

 

:Note4:

 

utoya 22 juillet.jpg

 

Utøya, 22 juillet (2018), de Erik Poppe (L’Épreuve)

 

Basé sur les témoignages de survivants de l'attaque terroriste de l'île d'Utøya en 2011, le film se compose, après une brève introduction, d'un unique plan-séquence d'environ 75 minutes suivant un personnage en particulier qui essaie de sauver sa peau tout en retrouvant sa sœur. Cette idée de mise en scène a pour but de nous faire ressentir au plus près les événements survenus ce jour-là et nous montre surtout que la plupart des gens sur l'île ne comprenaient pas ce qu'il se passait et que la confusion régnait. Utøya, 22 juillet ne s'intéresse qu'à la tuerie, pas aux conséquences des attentats, et met le spectateur face à son voyeurisme dès la première très intelligente ligne de dialogue du personnage principal, incarné par une actrice formidable. Un bon complément à l'excellent Un 22 juillet de Paul Greengrass, sorti quelques mois plus tôt.

 

:Note35:

 

jay and silent bob reboot.jpg

 

Jay and Silent Bob reboot (2019), de Kevin Smith (Clerks, Dogma, Méprise multiple)

 

Bon, on ne va pas se mentir, ce film est une énorme purge, jamais drôle, souvent gênant, doté un scénario ridicule, de prestations d'acteurs franchement problématiques et qui massacre le souvenir des excellents premiers films de Kevin Smith. Clerks 2 était déjà franchement mauvais, il serait peut-être bon de passer à autre chose et de laisser le View Askewniverse tranquille. J'en pleure encore.

 

:Note05: (pour les caméos qui permettent de tenir jusqu'au bout)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Gemini Man [4K Ultra HD   Blu-Ray]

Vu le film sur le bluray 2D, en VOST. A ce jour, c'est le bluray avec la meilleur image (avis perso), logique quand on sait que le real tourne à 120 images/secondes. je serais curieux de voir la difference avec le disc 4K.

La VO est devastatrice, dialogues clairs & nombreux effets.

Quand au film, un bon divertissement, scenes d'actions mais avec un scenario "correct".

Seul bemol, y a tellement d'evolution au niveau des effets speciaux ...

ce qui m'a gené, dans 1-2 scenes de combat, le real opte pr créer le personnage à 100% en image de synthese, c'est trop visible, cela rend pas naturel du tout. 

on a le meme resultat lors d'une scene de combat dans Blade 2 avec les 2 ninjas qui sautent partout.

Conclusion, je materais sans soucis une 2e ou 3e fois ce film, me suis pas ennuyé. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

165456_large.jpg?t=1481574891

 

Citation

Un policier, sa fille et tous les témoins d’une vieille affaire sont pris en otages dans un club par le frère de la victime. Il les a tous réunis pour connaitre la vérité.

 

On va pas se mentir, l'idée de faire une sorte de "Collision" était louable mais le résultat est décevant, la faute à certains acteurs qui surjouent, donc, on tombe dans le ridicule, seul Jackie Chan & Liu Ye sont bons & la faute aussi à un découpage fait à la tronçonneuse, les flashbacks arrivent sans que l'on s'y attende & on percute après coup que c'est justement des flashbacks. :tapfront:

Les quelques scènes d'action sont plutôt correctes mais la BO est tellement abrutissante que l'on a envie d'une chose, que ça se termine vite.

Les deux premiers & "New Police Story" restent toujours les plus réussis.

Techniquement, un master vraiment top, le support est largement exploité & la VO DTS-HD MA 5.1 fait le job mais vu que la BO est détestable au possible, on préfère baisser le volume...:ninja:

 

Film: :Note2:

Image: :Note45:

Son: :Note3: (à cause de la BO:ninja:)

Edited by Dark Vador

Share this post


Link to post
Share on other sites

254623_large.jpg?t=1578060059

 

Le disque 4K.

 

Citation

Le film, qui relate une histoire originale inédite sur grand écran, se focalise sur la figure emblématique de l’ennemi juré de Batman. Il brosse le portrait d’Arthur Fleck, un homme sans concession méprisé par la société.

 

J'adore toujours autant!:love:

On peut ranger cette œuvre aux côtés de celle de la "Trilogie Batman" de Nolan, elles se complètent l'une & l'autre.

Todd Phillips réussi comme Nolan a rendre son personnage tangible, les maux de notre société actuelle sont dépeints de forts belles manières & le mal-être de Arthur est magnifiquement interprété par Joaquin Phoenix.:amen:

On suit cette lente descente dans le désespoir pour arriver à un tourbillon de violence qui enflamme Gotham & ses habitants, le tout sublimé par une BO en totale adéquation avec ce que l'on voit à l'écran.

Mon ressentie est exactement le même quand je vois la "Trilogie Batman" de Nolan, ça me prend aux tripes, plus que jamais l'univers du Dark Knight est celui que j'affectionne le plus dans le genre Super Héroïque & sa Némésis mériterait largement aussi une Trilogie, je ne serais pas contre de revoir Joaquin renfilé son "habit de lumière".:diable:

J'adore aussi l'univers Marvel mais jamais on n'aura droit à des films aussi "sérieux" & "sombre"...

Techniquement, une image sublime qui rend justice l'excellent boulot fait sur la photographie, on se sent dans Gotham & la VO Dolby Atmos 7.1 (dowmixée en Dolby TrueHD sur mon ampli) est top, un acteur à part entière.:love:

 

Film: :Note5:

Image: :Note5:

Son: :Note5:

 

Edited by Dark Vador

Share this post


Link to post
Share on other sites

@scaz je pense que "Derniers blu rays vus" serait plus judicieux comme titre de sujet vu qu'on parle aussi de séries :P

 

spacer.png

 

Drôle, irrévérencieuse, trash, sexy... les termes abondent pour cette série qui avait bercé mes années lycée/fac, et la revoir en HD a été très sympathique. Si l'on oublie les deux dernières saisons très en dessous du reste et une baisse de régime progressive et flagrante au fil des saisons, Californication reste une réussite portée par un David Duchovny sur le retour aussi attachant que pathétique, un loser magnifique qui boit, tire et fume tout ce qu'il voit sans se préoccuper des conséquences. Parsemée de répliques hilarantes et très bien écrites, de scènes marquantes et de caméos inoubliables, cette série est un must du catalogue Showtime. A noter qu'il n'y a ni VF ni STF sur cette édition allemande.

 

Saison 1 : :Note45:

Saison 2 : :Note45:

Saison 3 : :Note4:

Saison 4 : :Note4:

Saison 5 : :Note35:

Saison 6 :Note3:

Saison 7 : :Note25:

 

Image : :Note4:

Son : :Note35:

Share this post


Link to post
Share on other sites

259809_large.jpg?t=1577540946

 

Citation

L’histoire du docteur qui diagnostiqua le premier l’encéphalopathie traumatique chronique chez un joueur de football américain et de sa lutte contre les puissants lobbys sportifs…

 

Sujet intéressant, un casting très bon, en tête Will Smith & une réalisation sobre mais efficace font que l'on suit avec intérêt ce biopic.;)

Techniquement, un bon master comme souvent avec Sony & la VO DTS-HD MA 5.1 propose des dialogues parfaitement audibles.

 

Film: :Note3:

Image: :Note4:

Son: :Note4:

 

77671_large.jpg?t=0

 

Citation

1944. Afin d’éviter à sa famille les tourments de la guerre, Julien l’a installée à la campagne, dans un vieux château qu’il possède. Mais l’armée allemande est en déroute et certains soldats, n’ayant plus rien à perdre, se livrent aux pires exactions. Un jour, Julien arrive au château pour y découvrir que sa femme et sa fille ont été torturées, violées et tuées par un groupe de soldats. Fou de douleur, il organise une tuerie féroce…

 

Chef d’œuvre d'un cinéma français révolu, on est pris aux tripes par ce destin tragique, Philippe Noiret est bouleversant, une prestation toute en retenue mais qui nous transmet pleinement ses émotions:snif: & Romy Schneider est égale à elle-même, sublime, naturelle & gracieuse.:love:

L'ayant vu très jeune, j'ai redécouvert par l'occasion, la sublime BO, du très grand cinéma!B)

Techniquement, un master en 1080i donc, on peut largement avoir mieux, surtout avec la ressortie en 4K, il faudra que je me penche dessus d'ailleurs & la VF PCM 2.0 sauve l'ensemble technique, pas besoin de monter le son pour profiter des dialogues & de la BO.

 

Film: :Note5:

Image: :Note25:

Son: :Note35:

Edited by Dark Vador

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 08/02/2020 à 19:18, vinny91 a dit :

Gemini Man [4K Ultra HD   Blu-Ray]

Vu le film sur le bluray 2D, en VOST. A ce jour, c'est le bluray avec la meilleur image (avis perso), logique quand on sait que le real tourne à 120 images/secondes. je serais curieux de voir la difference avec le disc 4K.

La VO est devastatrice, dialogues clairs & nombreux effets.

Quand au film, un bon divertissement, scenes d'actions mais avec un scenario "correct".

Seul bemol, y a tellement d'evolution au niveau des effets speciaux ...

ce qui m'a gené, dans 1-2 scenes de combat, le real opte pr créer le personnage à 100% en image de synthese, c'est trop visible, cela rend pas naturel du tout. 

on a le meme resultat lors d'une scene de combat dans Blade 2 avec les 2 ninjas qui sautent partout.

Conclusion, je materais sans soucis une 2e ou 3e fois ce film, me suis pas ennuyé. 

L’image 4K est encore légèrement meilleure en terme de définition ,c est littéralement au top ! 

(le 2d sera suffisant pour la quai totalité des gens,amoureux des belles images ou pas).

 

 Cependant,au niveau du rendu général ,via le hdr , réside le véritable intérêt  de la 4K:les couleurs sont plus belles .et surtout ,c’est bien plus éclatant!il n’y a rien à voir...(tu peux le voir sur le site débutant pars hdnu..)

 

Malheureusement pour moi, le 120 fps  brise à peu près tout (Var lorsqu’il y a de l’action,car cela ne semble plus naturel mais en accéléré.......) :(

 

Edited by Gaël

Share this post


Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Loading...

×
×
  • Create New...

Important Information

By using this site, you agree to our Terms of Use.